4e hussards - 4e gardes d'honneur, armée des Alpes
Bonjour

Pour profiter pleinement du forum Suchet et contribuer à son enrichissement, n'hésitez pas à vous inscrire pour venir discuter.

Le bureau de l'asso Suchet
4e hussards - 4e gardes d'honneur, armée des Alpes

Histoire et reconstitution historique 1789-1815
 
AccueilAccueil  Histoire : Révolution -1er EmpireHistoire : Révolution -1er Empire  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Des volontaires Rochelais dans les Alpes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Davin
Diable vert
avatar

Nombre de messages : 261
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 09/12/2006

MessageSujet: Des volontaires Rochelais dans les Alpes   Dim 23 Sep - 0:09

Bonjour à tous,
cette petite histoire de braves volontaires

Le 14 Août 1789, la ville de la Rochelle crée sa Garde Nationale , celle ci compte 9 compagnies en deux bataillons.
Elle est mise sous le commandement du citoyen de Romefort , secondé par le citoyen Fleury Le Vesque.
Le 30 Août ,elle fait bénir ses deux drapeaux en l' Eglise Notre Dame.
Parmi ses officiers ,Gabriel Benjamin Rondeau sous lieutenant dans la 5e compagnie.
Rapidement, celui ci gravit la hiérarchie et se retrouve le 27 Juillet lieutenant -colonel et commandant le bataillon de Notre Dame au début de 1792.

1792 LES PATRIOTES

Juillet 1792: la Patrie est menacée: les débuts de la Guerre contre l' Autriche se passent mal dans le Nord , la situation est loin d' être stabilisée.

L'Assemblée fait flêche de tout bois et réclame des volontaires pour voler aux frontières, que ce soit des bataillons entiers, des Corps Francs ou des Légions ou même des compagnies de chasseurs .
C 'est ainsi que se forme à la Rochelle une compagnie de chasseurs volontaires de 150 hommes, issus de la Garde Nationale.
Gabriel Rondeau en se "rétrogradant" volontairement accepte de devenir leur capitaine. Ses adjoints sont Bardon :capitaine en second, Lambert et Majou lieutenants.

Les dames de la cité, ardentes patriotes leur offrent un drapeau qu' elles ont brodé de leurs mains.
Ce qui permet à Rondeau de les remercier en ces termes:

"Mesdames nous recevons avec reconnaissance le drapeau que vous nous offrez.
Le Patriotisme nous l' a consacré ; il n' en est que plus cher à nos coeurs. C 'est sous lui que cette jeunesse ardente va voler au combat, c' est sous lui qu' elle affrontera la mort pour faire triompher la Liberté...
"Vivre libre ou mourir" sera toujours le cri de mes camarades"

Ce drapeau existe toujours et est conservé à la Rochelle.
Dimension à peu près 1 m sur 1 m
L' étoffe en soie double est divisé en 4 cantons alternativement bleu et rouge séparés par une croix blanche. Quartiers rouges: supérieur à la hampe et inférieur au flottant, et bleu les deux autres.
Sur une face est brodé une pique surmontée d' un bonnet phrygien écarlate, entourée d' une couronne de feuilles de chêne ( ruban tricolore). Brodé en or ombré dans une banderole bleu céleste l' inscription COMPie DES VOLONTAIRES ROCHELLOIS.
Sur l' autre face en doré sur la croix "LA LIBERTE OU LA MORT"
La hampe était surmontée d' une pique. Il n' est pas fait mention de cravate tricolore bien qu' elle soit vraissemblable
voir [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Nos hommes partent le 23 Août 1792 et doivent rejoindre l' Armée des Alpes de Montesquiou , à Nimes . Pendant ce temps Longwy vient de capituler.

Après un périple qui les fait passer par Bordeaux, Agen, Montauban, Toulouse , Carcassonne, Béziers , Montpellier, avec parfois des étapes où ils sont assez mal reçus, ils arrivent à Nimes le 1er Octobre.
La République vient d' être proclamée ( le 21 Septembre), les Prussiens repoussés à Valmy et désormais c' est la Convention qui donne les ordres.

Les troupes françaises sont entrées en Savoie et ont pris Chambéry.
Nos Rochelais sont dirigés sur Romans et Fort Barraux.
En chemin, ils ont pu se renforcer de quelques volontaires du Midi, et de Rochelais et Marennais qui les ont rejoint. Puis le 23 Octobre 1792, ils arrivent à Carouge , dans un nouveau département , que la France va annexer ( la Savoie devient département français du Mont Blanc officiellement le 27 Novembre).

A ce moment , le général Montesquiou, le "conquérant de la Savoie", vient de passer traité avec la République de Genève. Ce que bientôt on va lui reprocher, et il préfèrera passer la frontière, sentant que les choses pourraient mal tourner.
Rondeau songe à se faire muter dans un régiment de dragons, mais reste finalement à la tête de ses volontaires. Fin 1792, ils sont à Evian.


1793-1794 LE TEMPS DES COMBATS

Nos Rochelais sont stationnés à Thonon ,en Mars 1793.

La situation militaire est de nouveau précaire : Dumouriez est passé à l' ennemi , la
Vendée s' est soulevée, la révolte fédéraliste éclate, les Coalisés repartent à l' attaque, tandis que le Comité de Salut Public, avec des mesures d' exception et sans pitié, tente de sauver la Révolution.

Une cinquantaine d' hommes de Charente Inférieure ( Maritime) viennent rejoindre en Savoie en Mai 1793 formant une 2eme compagnie qui est aussi mise sous le commandement de Rondeau.
C ' est en Faucigny, dans la vallée de l' Arve à Sallanches, qu' on les retrouve entre Juillet 1793 et Septembre1793, à l' aile Gauche de l' Armée des Alpes.

Ils vont affronter l' offensive Piémontaise, qui profitant de la révolte fédéraliste du Sud Est se lance à l' assaut de la Savoie et obtient un soutien certain des populations rurales.
Le duc de Montferrat passe à l' offensive le 14 Août et trois colonnes franchissent la frontière, dont une pour la vallée de Sallanches, une pour la Tarentaise et une pour la Maurienne..

Dans le Faucigny , le petit corps de troupe va supporter bien des vicissitudes.
Les Chasseurs rochelais défendent Sallanches puis doivent lâcher prise. Ils y perdent ainsi leur dépot, ce qu' il fait qu' ils combattront en haillons.
Au début Septembre, contre offensive française sur tout les secteurs. Dans la vallée de l' Arve sur Cluses ( repris le 9 Septembre)et Sallanches ( repris le 29 ), nos Rochelais sont en avant garde.

Les Piémontais sont donc repoussés, et Lyon a été reprise( le 9 Octobre), reste à régler le sort de Toulon.

Après un mois de séjour sur les bords du lac de Genève, nos Rochelais reçoivent l' ordre de quitter l' Armée de Savoie et de se rendre à Valence pour former, avec d' autres,un bataillon de chasseurs pour le siège de Toulon.
C 'est ainsi que se forme: le 1er bataillon de chasseurs de l' Armée des Alpes amalgamant: les deux compagnies de chasseurs rochelais, une compagnie de chasseurs de Rhône et Loire, une de chasseurs de la Haute Loire,une compagnie du 1er bataillon des Basses Alpes,une compagnie de chasseurs du 5e bataillon de l' Isère, une compagnie franche de Guyenne, une compagnie du 2e bataillon du 69e de Ligne.

Tandis que ce bataillon s' organise et doit être dirigé sur Ollioules, le capitaine Rondeau se cherche un nouveau point de chûte.

Le 15 Décembre 1793, il est à Marseille pour chercher de l' équipement pour ses hommes. Il en profite pour solliciter de Barras un poste au combat, ayant appris la reprise imminente de Toulon avant que ses hommes ne puissent arriver.
On finit par lui confier la commandement de la 1ere compagnie du bataillon du
Bec d' Ambes ( Gironde) avec laquelle il prend part à l' assaut final.
Il faut noter qu' il commandera aussi des pelotons d' exécution suite à la chûte de la ville, ce qui est beaucoup moins glorieux !

Puis il va suivre Dugommier à l' Armée des Pyrénées Orientales comme capitaine adjoint aux Adjudants généraux.

Mais en Mars 1794, le 1er bataillon de chasseurs de l' Armée des Alpes le porte par élection à sa tête.
Rondeau revient donc à Nice prendre son nouveau commandement en tant que chef de bataillon.

Le bataillon qui fait partie de l' Armée d' Italie du général Dumerbion , stationnée sur les bords de la Roya, va être versé dans la toute nouvelle 3e Demi brigade Légère dont il va désormais suivre le destin.......... Mais ceci est une autre histoire.

Rondeau suivra sa demi- brigade. Il combattra à Dego, Loano
( Novembre 1795), Montenotte, Millesimo
Il moura de gangrène 4 mois après des blessures reçues à Dego ( en mars 1796) avec le grade de chef de brigade et sera enterré à Savone.
Une rue de la Rochelle porte son nom: la rue du "Brave Rondeau"

D. Davin

Sources:
-Bulletin de la Société des Archives historiques, Revue de la Saintonge et de l' Aunis 1894 et 1902
-Académie des Belles Lettres Sciences et Arts de la Rochelle 1894
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cavalier Jacobin
Comité de Salut Public
Comité de Salut Public
avatar

Nombre de messages : 5268
Age : 45
Localisation : Bresse - Ain
Date d'inscription : 01/03/2006

reconstitution
régiment: 8e houzards puis 4e Gardes d'honneur
grade: capitaine

MessageSujet: Re: Des volontaires Rochelais dans les Alpes   Dim 23 Sep - 1:16

merci beaucoup Didier Yo

_________________
La méchanceté est la caractéristique principale des personnes souffrant d'un sentiment d'infériorité, se sentant obligées de salir toutes personnes pouvant potentiellement paraître plus brillantes à leurs yeux (J-F Laplume)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://associationsuchet.com
 
Des volontaires Rochelais dans les Alpes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dans les Alpes avec Annette
» Générique Dans les Alpes avec Annette
» Générique italien Dans les Alpes avec Annette
» Générique de début et de fin japonais DANS LES ALPES AVEC ANNETTE
» Café dans les Alpes-Maritimes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
4e hussards - 4e gardes d'honneur, armée des Alpes :: La Révolution et le 1er Empire :: Histoire de la Révolution : le café Procope-
Sauter vers: