4e hussards - 4e gardes d'honneur, armée des Alpes
Bonjour

Pour profiter pleinement du forum Suchet et contribuer à son enrichissement, n'hésitez pas à vous inscrire pour venir discuter.

Le bureau de l'asso Suchet
4e hussards - 4e gardes d'honneur, armée des Alpes

Histoire et reconstitution historique 1789-1815
 
AccueilAccueil  Histoire : Révolution -1er EmpireHistoire : Révolution -1er Empire  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La Vendée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
cavalier
Invité



MessageSujet: La Vendée   Mer 27 Juin - 9:28

ça change du discours que l'on trouve dans certains forum


vivelh
Revenir en haut Aller en bas
chasseur versailles
hussard gentilhomme
avatar

Nombre de messages : 353
Age : 38
Localisation : Calais,Pas de Calais
Date d'inscription : 07/12/2006

reconstitution
régiment: 10ème régiment d'infanterie légère
grade: Sergent, caporal, chasseur

MessageSujet: Re: La Vendée   Jeu 28 Juin - 5:39

Qui sera de la prochaine charette des administrateurs ? tongue Yo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoirevivante.free.fr/
jojo
hussard gentilhomme
avatar

Nombre de messages : 454
Age : 34
Localisation : cambrai pour y faire des bétises !!!
Date d'inscription : 05/01/2007

reconstitution
régiment: hussard de la mort et hussard noir de brunswick ....chasseur a cheval
grade: simple cavalier ...

MessageSujet: Re: La Vendée   Jeu 28 Juin - 7:37

il ne faut pas chercher à comprendre ...
il vaut mieux de la pousser qu'à la faire rouler .... Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drouet Cyril
Exilé
avatar

Nombre de messages : 93
Date d'inscription : 24/08/2007

reconstitution
régiment:
grade:

MessageSujet: Re: La Vendée   Ven 24 Aoû - 5:15

Bonjour,

27 mars 1796, au matin.
Charette quitte Angers et sous les regards curieux d’une foule immense s’embarque sur la chaloupe qui doit le mener à Nantes. Nous sommes au port de l’Ancre, sinistre lieu ensanglanté deux ans plus tôt par les crimes du représentant Francastel.
A bord, en plus d’un détachement des chasseurs des montagnes (ils n’ont pas quitté leur prise depuis la Chabotterie), les deux généraux Travot et Grigny et le chef de brigade Valentin.
De demi-lieue en demi-lieue, les chaloupes canonnières saluent de leurs détonations le passage de l’illustre prisonnier. Le jour de Pacques, c’est un glas qui résonne sur le fleuve roi…


28 mars 1796. Nuit et matinée.
La lourde chaloupe angevine vient d’accoster à Nantes, au quai de la Tremperie. Il est une heure du matin. Charette est aussitôt conduit au Bouffay, prison de sinistre mémoire.
Au réveil, après une soupe à l’oignon avalée avec appétit, le chirurgien Volteau vient lui changer ses pansements.

Neuf heures. Le Roi de la Vendée est conduit auprès du général Duthil afin d’y être interrogé.
Quelques brides de l’échange :
« Pourquoi après avoir signé un traité de pacification avec les représentants du peuple à Nantes, l’avez-vous violé et avez-vous recommencé la guerre ?
-Ce n’est qu’après qu’on avait établi des postes à Palluau et environs ; ce qui l’a engagé à reprendre les armes ; en outre, parce que les républicains avaient activé des chefs de parti et autres dans les paroisses.
-Pourquoi et combien avez-vous fait fusiller de républicains à Belleville au moment où vous avez recommencé la guerre ?
-C’est que, voulant recommencer la guerre et après avoir pris ceux qui voulaient marcher avec lui, il a fusillé ceux qui restaient au nombre de 15 à 18 hommes
[il y en eut environ 300].
-Quels chefs étaient employés dans votre armée ?
-Ceux que tout le monde connaît.
-Que sont-ils devenus ?
-Ils se sont tous rendus.
-Où sont-ils maintenant ?
-Nous devons le savoir mieux que lui.
-A combien se montaient vos compagnies de déserteurs tant en cavalerie qu’infanterie ?
-En a eu très peu ; ils n’ont pas formé une compagnie ; tous le désertaient.
-A combien se montent-elles actuellement ?
-A rien. »


Charette ne regagnera pas sa cellule. On lui réserve pour l’immédiat un autre sort.
Au pied de la tour du Bouffay, la foule s’impatiente. Musique en tête, escorté d’une forte troupe, où paradent quelques emplumés dont Travot, Grigny et Duthil, Charette, à pied, les blessures rouvertes, est promené dans Nantes.

Mlle Arnoux, une Nantaise, témoigne :
« Vigoureusement constitué, passablement bien fait, se tenant fort droit, l’air extraordinairement fier et imposant ; cependant, il n’en imposait plus là. Le front haut, des yeux de feu, mais enfoncés ; il avait la peau jolie, il y a un an, aujourd’hui elle est très brune ; le nez un peu aquilin, le bas du visage gros et allongé, ayant ce que l’on appelle un menton en galoche, la barbe brune ; bref, une assez belle figure avec d’assez médiocres traits… Pour son costume : un mouchoir blanc à la tête… mais point de chapeau ; les cheveux coupés en rond ; habit-veste avec un collet rabattu de velours cramoisi brodé en or ; de petits revers et parement de même que l’habit, passepoils rouges, retroussis rouges avec des fleurs de lis d’argent, une grosse cravate, un mauvais gilet noir, une ceinture, un pantalon de flanelle blanche et des bottines, le tout très mesquin, fort sale et tout taché du sang de ses blessures. Il portait le bras gauche en écharpe, parce qu’il y a reçu un coup de carabine, ainsi qu’un autre à la tête, lorsqu’il a été pris.
Pendant toute cette promenade, il n’a cessé d’être du plus grand sang-froid, quoique je l’aie vu une fois se presser les lèvres. Il semblait ne pas entendre les injures et les imprécations dont on l’accablait dans différents endroits, entre autres dans la rue de la Casserie, remplie de veuves de sa façon. »


Odieuse mascarade…
Au retour au Bouffay, exténué par la fatigue et la douleur, Charette ne cachera pas son écœurement à Duthil :
« Ah, si je vous avais pris, moi, je vous aurais fusillé tout de suite. »


28 mars 1796. Après-midi.
La lamentable promenade de Duthil s’est terminée par une bonne poularde arrosée de quelques verres de vin. Charette qui a souffert de cette pénible marche mange de bon appétit. Au pied de la tour, l’on danse la carmagnole.

Nouvel interrogatoire, celui-ci mené par le capitaine Perrin, du 4e bataillon de l’Hérault. Morceaux choisis :
« Pourquoi avez-vous ensuite repris les armes contre [la République] ?
-Parce que la République avait placé des postes dans l’intérieur du pays qui était sous ses ordres, et parce que les républicains avaient marché contre l’un des chefs de division, et enlevé un autre, ainsi que plusieurs commandants de paroisses.
-Puisque vous vous étiez soumis aux lois de la République, et que vous étiez rentré sous l’obéissance des lois, vous ne deviez point vous formaliser de ce que le gouvernement républicain exerçait sa surveillance dans le département de la Vendée.
-Il ne s’était soumis au gouvernement républicain qu’autant qu’il n’établirait aucun poste à l’intérieur de son armée, et qu’il lui laisserait la surveillance du pays insurgé, comme chef de la garde territoriale qui devait se former d’après le traité ; et il n’a rompu ses engagements que lorsque le gouvernement a eu rompu les siens.
-Pourquoi, dans la proclamation que vous fîtes en recommençant la guerre, avez-vous taxé de mauvaise foi les représentants du peuple que vous dites avoir traité avec vous, ainsi que le général Canclaux ?
-C’est parce que le représentant du peuple Ruelle et quelques autres, ainsi que le général Canclaux, lui avaient fait entrevoir dans la conversation, au moment de la pacification, qu’un état de paix serait plus favorable et conduirait plus tôt au but de son parti, ce qui n’ayant pas eu lieu, il s’est cru autorisé par la suite à les accuser de l’avoir trompé.
-Aviez-vous quelques articles secrets convenus avec les représentants du peuple ?
-Il n’y en avait pas par écrit : il n’y avait eu que des conjectures tirées de l’état du gouvernement alors divisé ; et ces conjectures avaient d’autant plus de vraisemblance, qu’elles étaient étayées de l’opinion d’hommes revêtus de la confiance publique.
-N’avez-vous pas forcé, à main armée, les habitants paisibles à reprendre les armes ?
-Non.
-Au nom de qui, pour qui, et dans quelles vues faisiez-vous ainsi la guerre à votre patrie ?
-Au nom du roi, pour le roi et pour la monarchie.
-Pourquoi, après que vos rassemblements furent dispersés par les troupes républicaines, et que les habitants vous eurent abandonné, n’avez-vous pas cherché à quitter le sol de la Vendée ?
-Parce qu’il n’a pas voulu abandonner la cause qu’il soutenait. »


Visites au Bouffay : le tailleur Boetz à qui il doit de l’argent, puis sa sœur Marie-Anne de Charette accompagnée d’une parente, Mlle Charette de la Gascherie. Courte rencontre ponctuée de pleurs.
Les dames s’en vont ensuite trouver le général Duthil afin de lui demander la permission de revenir le lendemain. Refus du geôlier :
A ses hommes : « Si ces femmes se présentent pour entrer, bourrez-les ». Puis se retournant vers ses interlocutrices : « Pour un général, ce n’est pas très galant, n’est-ce pas, Mesdames ? »
Réponse de Marie-Anne :
« Cela est digne d’un général républicain ».


29 mars.
Charette vient de terminer de dévorer ses deux côtelettes de mouton. Il est temps d’en finir. Neuf heures, on le mène devant le tribunal militaire chargé de le juger.
Requis par Marie-Anne de Charette, l’avocat Villenave entre en scène. Il réfute le tribunal de Nantes et demande le transfert de Charette à Paris. Refus. Il avance que des pourparlers de paix étaient en cours au moment de la capture. On lui coupe la parole, sans la lui rendre…
Vaine défense.
Au pied du Bouffay, la foule impatiente tend l’oreille. Des « Vive la République ! » fusent des fenêtres de cette salle où tous les regards se fixent. On le sait à présent, le tribunal vient enfin de rendre son verdict.

Quatre heures sonnent, Charette marche vers celle qu’il a défiée tant de fois. Ultime rendez-vous avec la grande faucheuse.
Mlle Arnoux était présente :
« Tous les corps militaires étaient présents sous les armes dans le plus grand appareil et en bataillon carré sur la place Viarme, qui était encore trop petite. Il y avait dix ou douze généraux en grand costume, avec leurs états-majors, une nombreuse cavalerie et deux corps de musique qui n’ont joué qu’après l’exécution ; jusque-là le silence le plus grand et le plus imposant a été observé.
A quatre heures, Charette y a été conduit au milieu de la gendarmerie, sans chapeau, un mouchoir des Indes, rouge et bien arrangé, à la tête, une énorme cravate au col, son bras en écharpe, et son prêtre à côté, auquel d’abord il ne paraissait pas faire attention, mais enfin à qui il a parlé.
Il a traversé cette grande place après avoir parlé au général un instant d’un air tranquille. Arrivé auprès du détachement de dix-huit chasseurs, qu’on a fait venir exprès pour le fusiller, il a encore parlé à son prêtre et l’a embrassé deux fois. Il a été, toujours d’un pas ferme, se placer debout devant le front du détachement, à huit pas. L’officier de place lui ayant montré la pierre sur laquelle il devait se mettre à genoux, il fit signe de la tête et de la main qu’il n’en voulait pas. Un gendarme se présentait en même temps pour lui bander les yeux ; il l’a également refusé. Il a tiré son bras gauche de l’écharpe, a ouvert les deux bras en les laissant tomber un peu et, se tenant fort droit, il a reçu dix-huit coups de fusil, qui l’ont jeté sur le dos. »



Salutations respectueuses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eugéne
marchand de mort subite
avatar

Nombre de messages : 987
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: La Vendée   Ven 24 Aoû - 5:29

C'est reparti... pourquoi on évoque les sujets qui fachent?
Les guerres civiles sont les plus moches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.orange.fr/barrouxgarnison/index.htm
Drouet Cyril
Exilé
avatar

Nombre de messages : 93
Date d'inscription : 24/08/2007

reconstitution
régiment:
grade:

MessageSujet: Re: La Vendée   Ven 24 Aoû - 5:44

Citation :
C'est reparti...

Ben, oui, c'est de l'histoire. Ca va bien dans un forum de discussions historiques, non ? scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cavalier
Invité



MessageSujet: Re: La Vendée   Ven 24 Aoû - 5:45

bouh bouh bouh pauvre charette qui n'a eu que ce qu'il mérittait Sad
bouh, je pleure, je pleure, pauvre joli héro romantique Sad
bouh, bel Adonis de l'Ancien Régime que les méchants bleus y zont pas suivit, bouh, bouh, je pleure, je pleure, et qui aimait la soupe à l'oignon

Faut y arrêter avec ses lamentations vendéennes, royalistes et ne pas prendre le cours de l'histoire à l'envers et en oublier des parties, comme les chapelets de Machecoule et d'autres pas glorieux, alors pas de néo-chouanisme ici, ou sa se finira comme le néo-tsarisme.



Dernière édition par le Ven 24 Aoû - 5:53, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Drouet Cyril
Exilé
avatar

Nombre de messages : 93
Date d'inscription : 24/08/2007

reconstitution
régiment:
grade:

MessageSujet: Re: La Vendée   Ven 24 Aoû - 5:48

Pas compris la blague...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cavalier
Invité



MessageSujet: Re: La Vendée   Ven 24 Aoû - 5:53

Citation :
Ca va bien dans un forum de discussions historiques, non ?

non, parce que l'on est pas ici comme sur certains autres forums
fausrum


Dernière édition par le Ven 24 Aoû - 5:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Drouet Cyril
Exilé
avatar

Nombre de messages : 93
Date d'inscription : 24/08/2007

reconstitution
régiment:
grade:

MessageSujet: Re: La Vendée   Ven 24 Aoû - 5:55

Qu'est-ce qui ne va pas dans mon post ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cavalier
Invité



MessageSujet: Re: La Vendée   Ven 24 Aoû - 6:01

Citation :
sinistre lieu ensanglanté deux ans plus tôt par les crimes du représentant Francastel

Citation :
De demi-lieue en demi-lieue, les chaloupes canonnières saluent de leurs détonations le passage de l’illustre prisonnier. Le jour de Pacques, c’est un glas qui résonne sur le fleuve roi…

Citation :
où paradent quelques emplumés dont

Citation :
Odieuse mascarade…

Tu es un gars charmant Cyril Drouet, mais lorsque l'on dit écrire un peu d'histoire, on ne l'écrit pas avec des larmoyances d'une historigraphie du XIXe siècle et des tournures ampoulées partisanes. On cite des faits :

Citation :
En juin 1795, il reprend les armes au moment du débarquement de Quiberon, reçoit de la poudre, des armes et des fonds des Britanniques à Saint-Jean-de-Monts les 10,11 et 12 août 1795, mais est défait par Hoche. En juillet, le futur roi Louis XVIII lui écrit qu'il lui confère le grade de général de l'Armée catholique et royale.

En octobre 1795 il tente d'organiser la venue du Comte d'Artois, second frère de Louis XVI en Vendée et se porte sur la côte avec 15 000 hommes lorsque le prince se trouve à l'Ile d'Yeu. Le futur Charles X ne rejoint pas le continent et Charette est peu à peu abandonné par ses troupes. Charette fait alors le projet de faire jonction avec les bandes de Stofflet qui se battent encore en Anjou.

Les colonnes républicaine viennent quadriller la région et il finit par être capturé par le général Travot le 23 mars 1796 dans les bois de la Chabotterie (commune de Saint-Sulpice-le-Verdon) alors qu'il n'est plus suivi que par 32 derniers fidèles. Condamné à mort, il est fusillé le 29 mars 1796 sur la place Viarmes à Nantes. Il refusera le bandeau et ordonnera lui-même de faire feu.

Yo
Revenir en haut Aller en bas
Drouet Cyril
Exilé
avatar

Nombre de messages : 93
Date d'inscription : 24/08/2007

reconstitution
régiment:
grade:

MessageSujet: Re: La Vendée   Ven 24 Aoû - 6:08

Citation :
sinistre lieu ensanglanté deux ans plus tôt par les crimes du représentant Francastel

On parle ici du Port de l'Ancre. Et les mots sont justes.

Citation :
Le jour de Pacques, c’est un glas qui résonne sur le fleuve roi…

Formule de style, rien de plus.

Code:
quelques emplumés

Idem.

Code:
Odieuse mascarade…

Je vous l'accorde, c'est un jugement de ma part. Promener un prisonnier blessé au milieu d'une foule haineuse, désolé, mais c'est pas ma tasse de café.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cavalier
Invité



MessageSujet: Re: La Vendée   Ven 24 Aoû - 6:17

Citation :
Citation:
sinistre lieu ensanglanté deux ans plus tôt par les crimes du représentant Francastel
On parle ici du Port de l'Ancre. Et les mots sont justes.

non, c'est un avis partial, car judiciairement, le dit représenant n'a jamais été accusé ni jugé pour de tels faits, de plus je doute que le dit Francastel ait pris son sabre et ait égorgé qui que ce soit dans ce lieu.

c'est sans doute pas de ta tasse de thé Cyril mais ce n'est pas une raison pour l'utiliser pour modifier le sens objectif du texte car en travaillant un peu, de cette manière je peux faire une biographie de Charette où il appraîtra comme le plus infâme des salauds, sans que le fond du texte soi faux au demeurant Wink

et puis il faut se demander pourquoi cette foule ne l'aime pas, il y a sans doute des raisons non, lui qui pourtant aimait la soupe à l'oignon ? Les chapelets de Machecoule ?
Revenir en haut Aller en bas
Drouet Cyril
Exilé
avatar

Nombre de messages : 93
Date d'inscription : 24/08/2007

reconstitution
régiment:
grade:

MessageSujet: Re: La Vendée   Ven 24 Aoû - 6:26

Citation :
c'est sans doute pas de ta tasse de thé Cyril mais ce n'est pas une raison pour l'utiliser pour modifier le sens objectif du texte

Je n'ai rien modifié au "sens objectif du texte". J'ai juste donner mon sentiment sur "la promenade" nantaise.

Citation :
il faut se demander pourquoi cette foule ne l'aime pas

Sans doute pour les mêmes raisons qui l'ont poussé devant le peloton... scratch Laughing
Plus sérieusement, le post n'avait pas pour but de retracer toute la vie de Charette mais seulement d'évoquer brièvement la manière dont il a passé ses derniers jours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cavalier
Invité



MessageSujet: Re: La Vendée   Ven 24 Aoû - 6:26

Citation :
Le jeudi 14 mars, 80 paysans de La Garnache, ayant placé le matin même à leur tête le jeune lieutenant de vaisseau CHARETTE, font leur entrée à Machecoul. CHARETTE, comme les autres chefs insurgés, siège aussitôt au Comité Royal, mais sans influence prépondérante : il n'a pas encore fait ses preuves. Ce n'est qu'après l'échec de LA ROCHE SAINT-ANDRÉ à Pornic le 23 mars, qu'il s'imposera et deviendra par son succès du 27 mars, toujours à Pornic, le chef incontesté des Royalistes du Pays de Retz.
Les prisons de Machecoul s'emplissaient de Républicains amenés des communes environnantes. Certains étaient même parfois libérés, mais il n'y eut plus d'exécutions avant le 24 mars, date à laquelle on apprit à Machecoul le massacre par les Pornicais des prisonniers insurgés faits au cours des combats du 23.

Le 28 mars, après sa prise de Pornic, CHARETTE est de retour à Machecoul avec une trentaine de prisonniers. Mais dès le 27 mars, les massacres commencent. On veut venger les exécutions de Pornic.
Un tribunal royaliste est donc établi. Les prisonniers y sont jugés et le lendemain, après avoir reçu la visite d'un prêtre, ils sont liés deux par deux à une corde, constituant ainsi les fameux «chapelets de Machecoul». Puis, agenouillés le long d'une fosse, ils sont fusillés. Les corps tombent alors dans la fosse.
Certains ne sont que blessés et meurent étouffés. D'autres réussissent à s'enfuir à la nuit et viendront plus tard témoigner. Et ces exécutions se renouvellent, non pas tous les jours, mais 5 à 6 fois entre le 27 mars et le 22 avril, jour de la reprise de la ville par les troupes républicaines.

II y eut au total, selon les sources, entre 100 et 1 100 victimes.
Revenir en haut Aller en bas
Drouet Cyril
Exilé
avatar

Nombre de messages : 93
Date d'inscription : 24/08/2007

reconstitution
régiment:
grade:

MessageSujet: Re: La Vendée   Ven 24 Aoû - 6:28

Citation :
non, c'est un avis partial, car judiciairement, le dit représenant n'a jamais été accusé ni jugé pour de tels faits

Ce n'est pas parce que l'on est pas accusé et jugé que le crime n'a pas eu lieu. Je vous conseille par ailleurs de vous renseigner sur ce lieu que de toutes évidence vous ne connaissez pas... Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cavalier
Invité



MessageSujet: Re: La Vendée   Ven 24 Aoû - 6:33

le but n'est pas de prendre des renseignements ou pas sur un lieu qui m'importe peu, mais de savoir ce qu'on dit et comment on le dit :
Charette est un boucher sanguinaire qui a justmeent été punit pour ses inomables et inombrables crimes et forfaits le 29 mars, après avoir dégusté une bonne soupe à l'oignon et des cotelles.

Tout est une question de point de vue, et ici le Sacré Coeur n'est pas la bienvenue Yo
Revenir en haut Aller en bas
Drouet Cyril
Exilé
avatar

Nombre de messages : 93
Date d'inscription : 24/08/2007

reconstitution
régiment:
grade:

MessageSujet: Re: La Vendée   Ven 24 Aoû - 6:38

Citation :
le but n'est pas de prendre des renseignements ou pas sur un lieu qui m'importe peu

Je me disais bien aussi que le port de l'Ancre vous était nébuleux... Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drouet Cyril
Exilé
avatar

Nombre de messages : 93
Date d'inscription : 24/08/2007

reconstitution
régiment:
grade:

MessageSujet: Re: La Vendée   Ven 24 Aoû - 6:42

Citation :
ici le Sacré Coeur n'est pas la bienvenue

Oui je sais, plus haut, vous m'aviez dit "pas de néo-chouanisme ici".
Allons, allons. Je suis bien plus attaché que vous aux valeurs de la République et de la laïcité. Bien plus que vous... Rolling Eyes Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cavalier
Invité



MessageSujet: Re: La Vendée   Ven 24 Aoû - 6:47

Citation :
Je suis bien plus attaché que vous aux valeurs de la République et de la laïcité. Bien plus que vous...

Si tel est le cas Laughing , tu te feras donc plaisir de ne plus nous lancer des grandes diabrides sur la Vendée, terre de Génocide, ect..., ect... et les beaux généraux vendéens mais sur les bataillons de volontaires de cette région et ses sociétés populaires, garantes du républicanismes de la région ?
Revenir en haut Aller en bas
Drouet Cyril
Exilé
avatar

Nombre de messages : 93
Date d'inscription : 24/08/2007

reconstitution
régiment:
grade:

MessageSujet: Re: La Vendée   Ven 24 Aoû - 6:52

Citation :
tu te feras donc plaisir de ne plus nous lancer des grandes diabrides sur la Vendée

Cool
Libre à vous de me reprendre. Vous l'avez fait sur mon post sur Charette. Bon, finalement, il ne reste que votre remarque sur le port de l'Ancre. Et force est de constater que vous avez tenté de me reprendre sur un fait que vous ne maîtriser pas vraiment, pour ne pas dire plus.

Citation :
Si tel est le cas

C'est en effet le cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eugéne
marchand de mort subite
avatar

Nombre de messages : 987
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: La Vendée   Ven 24 Aoû - 7:02

C'est marrant ça e rappelle des souvenirs... un lieu lointain dont on m'a chassé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.orange.fr/barrouxgarnison/index.htm
cavalier
Invité



MessageSujet: Re: La Vendée   Ven 24 Aoû - 7:03

tout ce que je sais du port de l'ancre, à Angers, c'est qu'il y a un petit resto où on y mange bien, le reste, c'est de l'histoire locale qui ne m'intéresse peu et dont je ne ferai pas la priotrité de ma vie (désolé), n'empêche qu'il est fort Cyril pour noyer le poisson et emmener les gens sur ses chemins torteux de la Grande repentance nationale des affaires royalistes de Vendée !!!!
Il doit avoir des pions au Puy du Fou lol!
Revenir en haut Aller en bas
Drouet Cyril
Exilé
avatar

Nombre de messages : 93
Date d'inscription : 24/08/2007

reconstitution
régiment:
grade:

MessageSujet: Re: La Vendée   Ven 24 Aoû - 7:06

Citation :
c'est de l'histoire locale qui ne m'intéresse peu

CQFD. Laughing
Quand vous avez commencé à me parler de Francastel, de non-accusation et de procès, j'ai bien failli tomber dans le piège en pensant que vous maîtrisiez le sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eugéne
marchand de mort subite
avatar

Nombre de messages : 987
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: La Vendée   Ven 24 Aoû - 7:07

C'est sympa le Puy du Fou , y a des chouettes spectacles et de bons musées et une fac catho de bonne réputation aussi. en plus ils gagnent souvent à Interville.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.orange.fr/barrouxgarnison/index.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Vendée   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Vendée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Avis de marché - Vendôme (41) - Lot 2 sculptures
» 85 - Monsireigne (Est de la Vendée) - Vent de scrap
» Petite info de la Place Vendôme
» Avis de marché - Conseil Général de Vendée - Arts graphiques, peintures, métaux
» Amis des régions normandes, bretonnes et vendéennes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
4e hussards - 4e gardes d'honneur, armée des Alpes :: La Révolution et le 1er Empire :: Histoire de la Révolution : le café Procope-
Sauter vers: