4e hussards - 4e gardes d'honneur, armée des Alpes
Bonjour

Pour profiter pleinement du forum Suchet et contribuer à son enrichissement, n'hésitez pas à vous inscrire pour venir discuter.

Le bureau de l'asso Suchet
4e hussards - 4e gardes d'honneur, armée des Alpes

Histoire et reconstitution historique 1789-1815
 
AccueilAccueil  Histoire : Révolution -1er EmpireHistoire : Révolution -1er Empire  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 si nous chantions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
cavalier
Invité



MessageSujet: Re: si nous chantions   Lun 18 Sep - 5:18

lorsque l'on chante on danse :
Revenir en haut Aller en bas
ponsot
Comité de surveillance
Comité de surveillance
avatar

Nombre de messages : 906
Age : 37
Localisation : BOURGOGNE
Date d'inscription : 26/07/2006

reconstitution
régiment: 8eme Hussard
grade: hussard

MessageSujet: Re: si nous chantions   Mer 20 Sep - 13:49

Il y a dans un vieux film appelé l'agonie des aigles ( un de mes preférés malgré son age 1938) une chanson qui pourrait bien etre du premier empire je vous mettrai les paroles si vous le voulez elle est grivoise mais bien rigolote
à bientot

VIVE L'EMPEREUR Yo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ponsot
Comité de surveillance
Comité de surveillance
avatar

Nombre de messages : 906
Age : 37
Localisation : BOURGOGNE
Date d'inscription : 26/07/2006

reconstitution
régiment: 8eme Hussard
grade: hussard

MessageSujet: j'ai trouvé celle ci pour vous   Dim 24 Sep - 2:04

Le hussard au quartier (bis)


N'a pas besoin de marchepied,


pour engueuler son brigadier...


Ah ! La belle vi' que l'on mène


Dans les hussards (bis)





Le hussard, au manèg' (bis)


Malgré la basan' qui l' protèg'


Us’ plus vit' son dos que son sièg'


Ah ! la belle vi' que l'on mène...





Le hussard, à l'osto (bis)


Respirant l'parfum de gog'no,


Croit vaguement sentir l'eau d' Botot


Ah ! La belle vi' que l'on mène...





Le hussard, à la guerr' (bis)


Défend fièrement sa bannièr'


Sans jamais tourner le derrière


Ah ! La belle vi' que l'on mène...





Le hussard, au plumard (bis)


Rév' qu'il devient porte-étendard


Et s'réveille en t'nant son tranch'lard


Ah ! La belle vi' que l'on mène...





Le hussard, en balad' (bis)


Des bell's fill's reluque' l'esplanad'


Et sent son cœur en marmelad'...


Ah ! La belle vi'que l'on mène...





Le hussard, en congé (bis)


S'content' de bien boire et manger


Et ne demand' qu'à rengager


Ah ! La belle vi' que l'on mène...





Le hussard, à la mess' (bis)


S'assied derrière une comtesse


Pour s'assurer de sa noblesse....


Ah ! La belle vi' que l'on mène...





Le hussard, en amour (bis)


Va de l'avant comme un tambour


Jamais on n' l'a vu rester court


Ah ! La belle vi' que l'on mène...





Le hussard, au cercueil (bis)


Même après qu'il a tourné l’œil


S'écrie encore avec orgueil


Ah ! La belle vi' que l'on mène


Dans les hussards (bis)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ponsot
Comité de surveillance
Comité de surveillance
avatar

Nombre de messages : 906
Age : 37
Localisation : BOURGOGNE
Date d'inscription : 26/07/2006

reconstitution
régiment: 8eme Hussard
grade: hussard

MessageSujet: Re: si nous chantions   Dim 24 Sep - 2:12

et une autre celle de l'agonie des aigles.
La cantiniére :

Pam pam pam pam pompam pompammm

La cantiniére a deux tetons palinpalin papair
la cantiniére a deux tetons
qui sont jolies fermes et ronds
qui sont jolies fermes et ronds
mais ce qui nuit à leurs grandeurs
Quel Malheur
c'est qu'ils ne sont pas de la meme grosseur
Quelle horreur
Il y en a un qui est tt menu tout menu
L'autre aussi gros que
la cantiniére z'avait bien entendu
a un teton si gros qu'on peut s'assoir dessus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cavalier
Invité



MessageSujet: Re: si nous chantions   Mar 3 Oct - 8:23

voici encore une belle chanson, encore tirée de ce magnifique recueil de chansons :
Romance de Bastien et de Bastienne

air : dans ma cabane obscur

PLus matin que l'aurore
dans nos vallons j'étois ;
bien après l'soir encore,
dans nos vallons j'restois ;
le travail & la peine,
tout ça n'me faisoit rien : hélas ! c'est que bastienne
étoit avec Bastien.

Drès que le jour se lève,
je voudrois qu'il fût soir,
et drès que l'jour s'acheve,
au matin j'voudrois m'voir.
d'où vient c'que tout m'chagreine,
et que j'nons l'coeur à rien ?
Hélas ! c'est que Bastienne
n'voit plus son cher Bastien.

L'changement de c'volage
devroit bien m'dégager ;
mais j'n'en ons pas l'courage,
et je n'fais qu'm'affliger.
d'un ingrat quan on s'vange,
c'est se dédommager :
mais, hélas ! Bastien change,
et je n'saurois changer.
Revenir en haut Aller en bas
Armance
crâne
avatar

Nombre de messages : 160
Date d'inscription : 03/09/2006

MessageSujet: Re: si nous chantions   Jeu 5 Oct - 3:04

Le départ du conscrit (1810)

Je suis un pauvre conscrit
De l'an mil huit cent dix
Faut quitter le Languedoc
Avec le sac sur le dos.

Le Maire et aussi le Préfet
N'en sont deux jolis cadets
Ils nous font tirer au sort
Pour nous conduire à la mort.

Adieu donc chers parents
N'oubliez pas votre enfant
Écrivez lui de temps en temps
Pour lui envoyer de l'argent.

Adieu donc chères beautés
Dont nos coeurs sont enchantés
Ne pleurez point notre départ
Nous reviendrons tôt'z ou tard.

Adieu donc mon tendre coeur
Vous consolerez ma soeur
Vous y direz que Fanfan
Il est mort z'en combattant.

Qui qu'a fait cette chanson
N'en sont trois jolis garçons
Ils étions faiseux de bas
Et à c't'heure ils sont soldats
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Capitaine Fleury
Exilé
avatar

Nombre de messages : 1608
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 01/03/2006

reconstitution
régiment:
grade:

MessageSujet: Re: si nous chantions   Jeu 5 Oct - 3:16

Super une chanson pour un gars du sud comme moi !

une petite question : Comment interpréter ces chansons ou plutôt sur quel air ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armance
crâne
avatar

Nombre de messages : 160
Date d'inscription : 03/09/2006

MessageSujet: Re: si nous chantions   Jeu 5 Oct - 8:57

Capitaine Fleury a écrit:

une petite question : Comment interpréter ces chansons ou plutôt sur quel air ?

Tout dépend si la chanson est rentrée dans le répertoire traditionnel ou non. Si oui, généralement par le biais de la tradition orale, une musique y est toujours associée, bien souvent un air connu que l'on retrouve dans plusieurs chansons. C'est souvent le cas pour les chansons d'anonymes, de soldats, de matelots, etc...en bref des chansons composées par des personnes n'étant pas forcément des gens savant écrire ou ayant un rapport étroit avec l'écrit à l'opposé des compositeurs quasi exclusifs (comme Debraux, Beranger, etc) ou des personnes lettrées qui sont parvenues à faire quelques "tubes" y compris en leur temps (pas la peine de citer d'exemple, si ? [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image])

Dans le cas du "départ du conscrit", je sais que Guy Béart dans un disque traitant des vieilles chansons de France (je crois que le titre du disque c'est "vive la rose") l'interprète sous le titre suivant : "Le conscrit du Languedoc". J'ai entendu dire qu'une version identique pour le Nord de la France avait été faite également mais là...je ne la connais pas.
Vous souhaiteriez la partition ? si oui, je peux peut-être vous trouver ça. J'ai bien dit "peut-être" (et avec un peu de chance).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ROUFLACMAN
Exilé
avatar

Nombre de messages : 407
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 02/03/2006

MessageSujet: Re: si nous chantions   Jeu 5 Oct - 9:13

Maintenant je sais quel disque offrir à Denis pour Noêl lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ponsot
Comité de surveillance
Comité de surveillance
avatar

Nombre de messages : 906
Age : 37
Localisation : BOURGOGNE
Date d'inscription : 26/07/2006

reconstitution
régiment: 8eme Hussard
grade: hussard

MessageSujet: Re: si nous chantions   Jeu 5 Oct - 14:35

faut pas oublier Fanchon écrit par Lasalle le soir de MARENGO
mais celle là c'est la plus connue Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armance
crâne
avatar

Nombre de messages : 160
Date d'inscription : 03/09/2006

MessageSujet: Re: si nous chantions   Sam 7 Oct - 0:27

Pour toute occasion (et pas seulement Noël clown ) pour ceux qui aiment le genre :

Dans la collection "Anthologie de la chanson française"
Soldats, conscrits et déserteurs
20 chansons sur les militaires de toutes les époques.
Existe en CD.

Et une préférence personnelle pour :
Chansons et complaintes de soldats
Lionel ROCHEMAN
Mais il faut chercher sur le marché de l'occasion des vinyles, il n'y pas eu je pense de réédition depuis...depuis...bref
On doit pouvoir le trouver en médiathèque.
Sur ce disque, il y a une chanson issue du parimoine traditionnel de l'Anjou "La tempête" qui est très belle et pleine d'émotion.

Dans les deux disques, le conscrit du Languedoc ( ou encore appelé le conscrit de 1810) s'y trouve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marc La Bréole
hussard gentilhomme
avatar

Nombre de messages : 330
Age : 37
Localisation : Colmar, Alsace
Date d'inscription : 03/10/2006

reconstitution
régiment: 3rd (East Kent) Regiment of Foot (The Buffs); 1er Régiment d'Infanterie de Ligne; ASCE
grade: Private; Fusilier; Colporteur

MessageSujet: Re: si nous chantions   Dim 8 Oct - 23:53

Citation :
faut pas oublier Fanchon écrit par Lasalle le soir de MARENGO
mais celle là c'est la plus connue

Attention quand même car la vérsion de Fanchon que nous trouvons partout sur les sorties napoléoniennes est une vérsion moderne du chant "Elle aime à rire, elle aime à boire". La vérsion impèriale est plus chantée comme un chant d'opéra (comme toutes les chansons à cette époque) qu'un chant de paillard que nous retrouvons sur les camps reconstitués. Pour ce qui est de la légend de Marengo, j'y doute un peu...Tout comme le boeuf. :rabbit:

Sinon, je peux plutôt conseiller:

- Au Bout d'Une Campagne
- Je Suis Un Bon Soldat
- Voulez-Vous Suivre Un Bon Conseille?
- Malgré La Bataille (attention...également une vérsion moderne qui circule)
- Au Sein De Sa Famille (Le Hit napoléonien de l'époque)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoirevivante.free.fr
cavalier
Invité



MessageSujet: Re: si nous chantions   Lun 9 Oct - 2:10

A Marengo c'est pas du boeuf mais du poulet !!!!
pour ce qui est de Lasalle, ce n'est pas légendre mais bien noté dans sa biographie.
Revenir en haut Aller en bas
ponsot
Comité de surveillance
Comité de surveillance
avatar

Nombre de messages : 906
Age : 37
Localisation : BOURGOGNE
Date d'inscription : 26/07/2006

reconstitution
régiment: 8eme Hussard
grade: hussard

MessageSujet: Re: si nous chantions   Lun 9 Oct - 8:06

Et Fanchon a été repris comme referain par les marie louise en 1814 !
Donc certes c'est pas une chanson paillarde ( il y a rien de paillards dedans en plus )
Mais une chanson populaire!
et cela m'étonne pas du tout que Lasalle en est le créateur vu le bouillant cavalier qu'il est!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cavalier
Invité



MessageSujet: Re: si nous chantions   Lun 11 Déc - 8:47

une chanson toujours tirée de mon petit recueil, qui n'est pas le petit livre rose des bivouacs Wink , mais bien une édition XVIIIe siècle de receuils de chansons.
Aujourd'hui, une chanson parlée (comme quoi on rappait déjà en 1790 geek ) : le postillon.
Il est dit que lorsque l'on chante cette chanson, il faut immité les mouvements et le bruit du galop du cheval en frappant du poing droit sur la table.

Citation :
Hoé, hoé ! allons, Margot, gagne le picotin, & moi la chopine. Pas vrai, mon officier, que j'vous ont baillé là une bonne jument ! dame ! j'voulons qu'vous soyez content. V'n'êtes pas comm'ces p'tits commis & ces abbés : si vous n'nous baillez rien pour boire, au moins vous nous faites des politesses ; aussi j'aimons mieux vous sarvir qu'eux. Hautl'pied...houp ! ... mon officier, v'la ici un chemin d'pavé, bride en main ; sout'nez bien...l'terrain est gras. N'y a si bonne monture qui n'bronche : prenez garde à la votre...Hoé...hoé !

Hier en rentrant
de boire bouteille
j'eus l'avisement
d'aller voir ma belle : bon !

Sarpédié, mon officier, quand on à la tête échauffée, on veut aller voir la fille : coûte que coûte, on veut en tâter ; mais dam' ! s'tell' là que j'ai, c'est du bon bien ; ça vous a des yeux qui perceroient une muraille, des dents blanches comme un cygne, des tetons gros & durs comme une boule, un tempérament d'une amiquié qui n'finit point ; & c'n'est pas de ces demoisell' qui vous baillont...

la farira dondaine, gai.
la farira dondé.

Hoé ! hardi officier : sentez vous com'ça vous coule entre les jambes, & le plaisir qu'on a d'avoir une monture qui a le mouvement doux & qui ne bronche pas ? J's'rons bientôt arrivés. Si J'allons toujours ce train là. Hoé ! Hoé !

j'eux l'avisement
d'aller voir ma belle
que j'allois gaîment
chez cette donzelle

à suivre Yo
Revenir en haut Aller en bas
cavalier
Invité



MessageSujet: Re: si nous chantions   Mer 28 Mar - 0:08

Revenir en haut Aller en bas
Armance
crâne
avatar

Nombre de messages : 160
Date d'inscription : 03/09/2006

MessageSujet: Re: si nous chantions   Mer 28 Mar - 2:16

Votre chanson poissarde elle est issue d'un recueil de chansons de Vadé ? ou c'est un ouvrage abordant la chanson galante dans son ensemble ? ou ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armance
crâne
avatar

Nombre de messages : 160
Date d'inscription : 03/09/2006

MessageSujet: Re: si nous chantions   Ven 30 Mar - 3:12

Alors ? Vadé retro satanas ou pas ?
Ou faut-il déposer ici une chanson + ou - poi-ll-hard pour vous faire lâcher votre source ? [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cavalier
Invité



MessageSujet: Re: si nous chantions   Ven 30 Mar - 4:38

quelle impetience Armance, je plaint vos amants Wink

en fait je parle de ce petit opuscule dès le début du post. C'est un ouvrage in°8 mais je n'ai pas les premières pages donc pas de couvertures. Il semble que ce soit makgré tout un ouvrage de chansons plutôt légère.
Revenir en haut Aller en bas
Armance
crâne
avatar

Nombre de messages : 160
Date d'inscription : 03/09/2006

MessageSujet: Re: si nous chantions   Ven 30 Mar - 6:20

Vous vouliez écrire "impatience" ou "impertinence" ? parce que si moi je vous semble impatiente dans le genre impertinent de votre côté vous y allez fort sur ce coup-là Cavalier.
Shocked

J'avais pas fait le raccord avec vos premiers postages vu que dans ce dernier apparaît "chansons poissardes" dans le scan que vous avez déposé ici-même, ce qui dans mes souvenirs n'était pas le cas précédemment. D'où ce qui m'a fait réagir. Or, je ne sais pas si vous le savez mais le genre "poissard" est un terme pour désigner les chansons qui font parler le peuple dans son véritable langage et vocabulaire. C'est quelque chose qui pris naissance autour des années 1740. Vadé (1720-1757), Jean-Joseph de son petit nom, s'empara de l'idée, la mit à exécution avec il faut le dire un certain brio et une certaine insolence dans des poèmes qui coururent la ville et appelés "bouquets poissards", petites histoiriettes utilisant le parler populaire des petites gens de Paris, marchandes de La Halle, pêcheurs du fleuve ou racoleurs pour l'armée du roi. Il les chantait lui même, avec accent et des manières mimées, le tout avec la plus grande facétie. C'est ainsi le genre poissard lui demeura accolé.
Ca c'est pour la petite histoire de la chanson où on retrouve parfois la grande.


Sinon, avec le titre des chapitres scratch, on va peut-être finir par retrouver de quel livre il s'agit...[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Aly
Diable vert
avatar

Nombre de messages : 235
Localisation : Quelque part dans l'histoire ...
Date d'inscription : 29/09/2006

reconstitution
régiment: ASCE
grade: civile

MessageSujet: Re: si nous chantions   Ven 30 Mar - 6:35

Une que je trouve superbe également qui est aussi la petite préférée du Chat Braqué pour ceux qui le connaisse Wink :

Réveillez vous Picards

Cette chanson bourguignone remonte au Moyen-Age, à l'époque à laquelle le Duché de Bougogne était à son apogée. Charles le Téméraire, Duc de Bourgogne, était à sa tête et possédait la Picardie, l'Artois, la Bourgogne et la Franche-Comté. Ses relations haineuses avec Louis XI, roi de France, menèrent à de nombreux conflits entre les deux souverains. Après la mort de Charles le Téméraire devant le siège de Nancy en 1477, ses provinces passèrent sous le contrôle de l'Archiduc Maximilien d'Autriche, qui avait épousé la fille du Duc. A en croire ce chant, ils acceptèrent leur nouveau souverain avec facilité.



1.
Réveillez-vous Picards,
Picards et Bourguignons.
Apprenez la manière d'avoir de bons bâtons,
Car voici le printemps et aussi la saison
Pour aller à la guerre donner des horions.

2.
Tel parle de la guerre
mais ne sait pas que c'est:
Je vous jure mon âme que c'est un piteux faict
Et que maint homme d'armes et gentil compagnon
Y ont perdu la vie, et robe et chaperon.

3.
Où est ce duc d'Autriche?
Il est en Pays-Bas
Il est en Basse Flandre avec ses Picards
Qui nuit et jour le prient qu'il les veuille mener
En la Haute Bourgogne pour la lui contester.

4.
Quand serons en Bourgogne,
et en Franche Comté,
ce sera qui-qu'en-grogne le temps de festoyer
bout'ront le roy de France, dehors de ces costeaux
et mettrons dans nos panses le vin de leurs tonneaux

5.
Adieu, adieu, Salins,
Salins et Besançon
Et la ville de Beaulne, là où les bons vins sont
Les Picards les ont bus, les flamants les paieront
Quatre pastars la pinte ou bien battus seront.

6.
Nous lansquenets et reîtres
et soudards si marchons
Sans finir de connaître où nous arriverons,
Aidons Dame Fortune et destin que suivons
A prêter longue vie aux soldats Bourguignons.

7.
Quand mourrons de malheur
la hacquebutte au poing
Que Duc nostre Seigneur digne tombeau nous doint
Et que dedans la terre où tous nous en irons
Fasse le repos guerre aux braves bourgignons

8.
Et quand viendra le temps
où trompes sonneront
Au dernier Alahau, quand nos tambours battront
nous lèveront bannières aux ducque bourgignon
Pour aller à la guerre donner des horions.

En tant que Bourguignonne, je ne peux résister Laughing

L'Aly
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://asce.kanak.fr/
L'Aly
Diable vert
avatar

Nombre de messages : 235
Localisation : Quelque part dans l'histoire ...
Date d'inscription : 29/09/2006

reconstitution
régiment: ASCE
grade: civile

MessageSujet: Re: si nous chantions   Ven 30 Mar - 6:39

D'ailleurs la plus belle, la plus vraie, la meilleure :

La Bourgogne

Cette ancienne chanson des vignerons bourguignons est une ode à leur région et à ses richesses vinicoles innombrables. On l'entend dans la Bourgogne dès 1712 et son timbre serait celui du Petit vin d'Argenteuil.

1.
Au sein d'une vigne, j'ai reçu le jour.
Ma mère était digne de tout mon amour.
Depuis ma naissance, elle m'a nourri,
En reconnaissance, mon coeur la chérit.

Refain :
Joyeux enfant de la Bourgogne,
Je n'ai jamais eu de guignon.
Quand je vois rougir ma trogne,
Je suis fier d'être bourguignon.
Et je suis fier (ter) d'être bourguignon.

2.
Toujours la bouteille à côté de moi
Buvant sous la treille, plus heureux qu'un roi
Jamais ne m'embrouille car chaque matin,
Je me débarbouille dans un verre de vin.

refrain

3.
Madère et Champagne approchez un peu!
Et vous vins d'Espagne, malgré tous vos feux
Amis de l'ivrogne, réclamez vos droits
Devant le Bourgogne, saluez trois fois !

refrain

4.
Puisque tout succombe, un jour je mourrai.
Jusque dans la tombe toujours je boirai.
Je veux qu'en la cave où sera mon corps,
On y mette un verre rempli jusqu'au bord.

refrain


L'Aly
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://asce.kanak.fr/
Le Comte de St.Mart
Exilé
avatar

Nombre de messages : 470
Date d'inscription : 20/03/2007

reconstitution
régiment:
grade:

MessageSujet: Re: si nous chantions   Ven 30 Mar - 8:16

Ah!!!
Bourguignonne Parfait.
VIVE NOT BON DUC!
Ici en Belgique partie des anciens Pays-Bas nous avons de bon souvenir de nos bons Ducs de Bourgognes, et surtout de notre bon Duc Charles le Téméraire qui si il avait réussit à avoir le fin mot de l'histoire avec l'universelle aragne "Louis XI" se fourbe de Roi qui ne s'est jamais comporté en chevalier et noble sire mais plutot en fourbe et menteur.
Nous en savons quelques chose nous famille Dinantaise, de sa fourberie, car nous contant d'avoir monté les Dinantais contre le Duc de Bourgogne et son Fils le Charolais (Charles le Téméraire) en 1465 et 1466.
Ce fourbe de Louis a laissé les Dinantais à leurs tristes sort.
Non content d'avoir par ses espions et agents à sa solde monté le peuple de Dinant contre sa Bourgeoisie, qui n'a rien su faire pour calmer la clameur populaire et c'est attiré les foudres légitimes du Duc de Bourgogne et du Téméraire en insultant l'épouse du Duc sous les murs de Bouvignes la ville rivale de Dinant sur la rive opposée de la Meuse.
Chez nous nous en savons quelque chose, car ma famille était une des deux plus puissante de la ville de Dinant et y a tout perdu sauf la vie, étaient viscomte d'Anseremme(Laurent d'Auxbrebis) terre du comté de Namur et donc sous la juridction des Ducs de Bourgognes.
Ils étaient Dinantais fière de l'être mais du parti du Duc et contre les menées criminelles de "l'universelle aragne"
D'autres bourgeois comme les Carpentiers ont payé le prix de leurs têtes pour s'être opposé aux cris des mutins.
Ils ont pu quitter Dinant avant le sac avec une autre famille alliée à la nôtre "les de Huy"
Voir le texte ci- dessous qui relate l'entrée du Duc de Bourgogne de Dinant lors de sa rédition.
Il est aussi à noter qu'un membre de ma famille était en 1477 à Nancy et fut tué au coté de son Duc lors des derniers combats.
Extrait de la chronique de Jean Sire de Haynin.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Charles prit ses quartiers dans un hôtel appartenant à un des deux hommes les plus riche de Dinant : Laurent Auxbrebis. Quant à Henri de Huy, l'autre bourgeois fortuné, il fut donné ainsi que son fils au seigneur de Fienne. Le comte de Saint-Pol reçut tout le quartier Saint-Médard.
Dès l'annonce de la prise de la ville, des marchands venant des pays Bourguignons affluèrent dans l'espoir d'acheter tout ce qui pouvait l'être. De mémoire, on ne vit jamais autant de bateaux remplis d'objets faire la navette de Dinant à Namur (12). Il régnait dans la cité une telle agitation, des gens entraient et sortaient de jour comme de nuit et emportaient tout ce qui pouvait l'être.
Vinrent ensuite des moments terribles : les heures de vengeance et de railleries de leur anciens ennemis bouvignois, « ...et sanbloit a voir et a oir ung petit enfer, et parespesial les femmes de Bouvines y vindrete toutes les eunes apres les autres u apeupres, les quelles estoite mervilleusement lies et joieuses, et sornoite et moqoite a poisance les hommes et les femmes de Dinant...».
Le jeudi 28 août, le comte de Charolais commanda à toutes les femmes de quitter la ville avant le coucher du soleil, ce qu'elles firent avec beaucoup de tristesse et de pleurs car elles abandonnaient au châtiment du vieux duc leurs maris, pères, fils ou amis. Tous les hommes qui furent trouvés dans la ville furent retenus prisonniers dans l'attente de leur jugement. Jean de Haynin fait remarquer qu'un grand nombre d'enfants furent abandonnés par leurs mères car celles-ci, ne sachant pas où aller, n'avaient plus la possibilité de les nourrir ni de les élever car dans ce drame, elles avaient tout perdu. Philippe de Mastain qui avait reçu tous les biens d'un gorelier demeurant dans le quartier de Saint-Médard, se vit remettre par la femme de celui-ci, sa fillette de deux ou trois ans, qu'il promit d'élever et de nourrir.

Le vendredi 29 août, vers minuit, le feu prit dans une maison proche de l'église Notre-Dame mais personne ne put déterminer si ce fut par accident ou de manière intentionnelle, néanmoins, la volonté de vouloir brûler la ville était dans les esprits. L'incendie n'eut guère de difficultés à s'étendre, les maisons très anciennes, blotties les unes contre les autres étaient construites en bois mais par dessus tout on ne fit pas grand chose pour arrêter le feu...
La menace du feu accéléra le pillage qui était loin d'être terminé. Charles le Téméraire voulut protéger la collégiale gravement menacée, malheureusement la toiture était déjà la proie des flammes. Il parvint à sauver le reliquaire de Saint-Perpète et divers objets de culte qu'on remit au chapitre de l'église Saint-Lambert à Bouvignes. Il ordonna aussi qu'on récupère calices, ciboires, reliques et autres objets religieux ainsi que les cloches de toutes les églises de la ville, ces joyaux d'orfèvrerie furent dispersés dans les états Bourguignons.
Le feu faisait rage, aidé par un temps sec et chaud, il se transmit à presque toute la ville. Des dinantais soustraits à l'autorité du duc se réfugièrent dans les charpentes de l'église Notre-Dame mais quand celles-ci s'enflammèrent à leur tour, ils furent contraints de sauter dans le brasier « On peut bien penser et savoir que cheus laendroit morurte a mout grant paine et a grant dolleur et peuste mieux amer et seuste este mieux conseillie deus estre rendus, car peut estre quil neuste eut garde de mort et quil fuiste escape come pluseurs autres firte ou quil euste eus mieux tans et espasse davoir pense a leur consience et estre confesse et quil fuiste mort daucune autre mort plus douche et plus hastive ».
Le chroniqueur rapporte un fait qui témoigne de l'audace du peuple dinantais de cette époque ; lorsque la femme de Laurent Auxbrebis fut sommée elle aussi de quitter la ville, Charles le Téméraire, dans sa clémence, autorisa qu'elle emporte ce qu'elle désirait. Elle prit deux ou trois hommes proches de sa famille et de manière inattendue, se dirigea vers un mur dans le fond de la cour de son hôtel dans lequel elle décela quelques pierres afin de récupérer des petits sacs remplis d'or et des bagues précieuses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gendarme hubert
hussard gentilhomme
avatar

Nombre de messages : 546
Age : 53
Localisation : pays voironnais
Date d'inscription : 13/12/2006

reconstitution
régiment: 13ème légion de gendarmerie impériale
grade: gendarme

MessageSujet: Re: si nous chantions   Ven 30 Mar - 10:02

J'ai la musique sur un CD, mais je ne sais pas comment la mettre sur le forum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armance
crâne
avatar

Nombre de messages : 160
Date d'inscription : 03/09/2006

MessageSujet: Re: si nous chantions   Sam 31 Mar - 2:10

Pour le dépôt de musique, voici ce que j'ai trouvé de plus simple et rapide en matière d'hébergeur (pas d'incription à faire), vous suivez les instructions c'est identique à un hébergeur d'images :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Il suffit d'avoir le fichier sur son disque dur et à cause de la taille de l'avoir auparavant importé en fichier Mp3, c'est mieux.

Si vous rencontrez malgré tout des difficultés, vous pouvez toujours me faire passer votre fichier, et je veux bien m'en charger.

@micalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: si nous chantions   

Revenir en haut Aller en bas
 
si nous chantions
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Pouvons nous faire remonter le Titanic des eaux ?
» [Collection] Nous deux
» Faites nous rire !!!
» Chansons qui nous parlent
» [Sollogoub, Tania] Il y avait un garçon de mon âge juste en dessous de chez nous

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
4e hussards - 4e gardes d'honneur, armée des Alpes :: La Révolution et le 1er Empire :: Histoire du 1er Empire : le salon de Juliette Récamier-
Sauter vers: